À l’image de nombreux établissements français, le lycée Saint-Paul de Lens participait, ce lundi matin, à la dictée d’Ela.

ela

Une manière de sensibiliser la jeunesse aux missions de cette association qui aide et soutient les familles concernées par la leucodystrophie et stimule le développement de la recherche grâce à la fondation Ela créée en 2005. En début d’après-midi, sept cents lycéens ont poursuivi leur action en courant pour l’association.

Dans les amphithéâtres du lycée Saint-Paul, l’ambiance est studieuse mais décontractée. Mme Flament, coordinatrice de la section sanitaire et sociale, fait une dictée… « Chaque année, l’association Ela contacte un auteur pour qu’il écrive un texte en rapport avec la maladie, explique-t-elle. Cette année, c’est Joël Dicker, un jeune écrivain suisse, qui a été choisi. »

La tête et les jambes

Juste le temps pour Mme Flament de donner quelques éléments biographiques sur celui qui a remporté le Goncourt des lycéens en 2012, et c’est parti pour cette dixième édition de la Dictée d’Ela. « Près de quatre cents élèves du lycée Saint-Paul participent, surtout des élèves de seconde et première, et des élèves de la section sanitaire et sociale » L’après-midi, ce sont cette fois, sept cents élèves qui se sont retrouvés au stade Bollaert-Delelis pour l’opération « Mets tes baskets et bats la maladie à l’école ». « L’idée est de se dire : je cours par solidarité, confie-t-elle. Plusieurs courses autour du stade ont été programmées. »

L’année dernière, les élèves du lycée Saint-Paul, par le biais de « l’ambassadeur Ela », avaient collecté près de sept mille euros. Cette année, au vu des premières actions qui ont permis au nouvel « ambassadeur Ela » de collecter des fonds, le record devrait être battu…